bonsoir.

Difficile de parler de soi sans toutefois se dévoiler totalement.

Peu de choses a savoir 33ans, femme  mariée, maman de 4 enfants, épuisée par des soucis de thyroide et le vivant mal.

Difficile pour moi de me remettre de ce " malaise cardiaque", qui, après une bonne séance de sport m'a emmené passer une nuit en salle de déchoquage.Difficile de me défaire de cette peur que j'ai ressentie au fond de moi :j'y ai trop eu  le temps de penser a mes enfants, ma derniere n'avait que 9 mois.

Evidemment, je suis bien consciente qu'il y a des soucis ben plus gravissimes que ceux de la thyroide, mais ce  sentiment d'etre incomprise par beaucoup me laisse souvent dans ma bulle.

 

J'ai , bien évidemment parcouru quelques forum, quelques groupes Facebook, cherché de l'aide a droite a gauche=> j'y ai été  encore plus angoissée apres les lectures de certaines personnes.

 

Evidemment j'ai  les effets secondaire de bien des médicaments , évidemment je suis irritée, irritable et malheureuse de l'être, même.Evidemment  j'ai peur de la prise d epoids,  de la perte de poids de la perte de trop de cheveux, de l'angoisse qui monte,  surtout quand je suis seule, dans la maisonnée avec ma marmaille, lorsque monsieur travaille certaines nuits.Evidemment j'ai l'insomnie qui me guette,  qui parfois gagne la bataille, mais pas  toujours...j'ai la peau qui change, des taches sur le visage, des douleurs partout, et l'impression de devenir folle...

Evidemment... comme tout le monde  , ou presque .

 

Sauf que moi,   je "coule " facilement.Je suis vite abattue. Je suis vite angoissée. Je suis bien vite consciente que je suis seule face a mes soucis. J'ai bien  mon mari qui est mon époux, mon épaule, mon psy, mon meilleur ami..mais j'ai peur de l'user, il ne mérite pas ça. Je coule vite au fond....je pleure  comme il y aquelques jours , apres une bonne douche chaude, en me voyant dans le miroir . je me suis éffondrée. Pleurer  ne m'a pas fait du bien,  pleurer ne m'a meme pas  soulagée . Les pensées positives qui ont émmergé de moi m'ont reboosté. Je pense qu'elle est là, ma solution : me dire qu'un jour apres l'autre , ça sera deja bien. Me dire que  mes 18m de traitement et le " apres on verra bien" va se faire comme je pourrai.

Me dire que je vais prendre soin de moi, apprendre a gerer mes peines, mes fatigues, et profiter de mes enfants, je les ai tellement voulu !

Me dire que je vais devoir gerer le deuil de ne plus faire d'enfants=> la grossesse m'a tellement usée, l'accouchement m'a tellement claquée, mes problèmes de thyroide.....m'ont exténués.Je dois et je veux profiter de mes enfants, ils n'ont pas a subir mes sautes d'humeurs...mais les migraines   apparemment dues aux traitements m'enserrent tellement la tête que je ne suis plus bonne a rien.

 

Moi, je me voyais superwoman/supermaman..je suis bien ralentie, avec tout ça. Je suis bien triste de ne pouvoir faire  tout ce que je veux; je vais donc changer mes habitudes... et gerer au mieux.